Archives par étiquette : Ebalé

Deux ans de Coeur à Coeur Acoustique vision,moments et impressions

Aujourd’hui vous fêtons notre deuxième anniversaire.

Nous avons compilé quelques moments et des témoignages d’artistes et du public pour vous donner un aperçu de ce que nous vivons le dimanche après-midi avec des artistes généreux et un public extraordinaire.

Merci à tous ceux qui sont venus au fil des mois et ont participé à faire vivre notre événement.

Merci à l’équipe dans les coulisses sans laquelle nous ne serions pas.

 

PORTRAIT D’EBALE

P1040300

Nous avons le plaisir de recevoir, pour un Cœur à Cœur Acoustique, le chanteur Ebalé.

L’occasion nous est donnée de découvrir les parcours d’homme et d’artiste de celui qui, au début de l’année dernière, nous a offert un moment magique en ce lieu même. Il me semble que c’était d’ailleurs le jour de son anniversaire.

Ceux qui ont assisté à cette incursion dans le beau et dans l’émotion s’en souviennent certainement.

Avec sa guitare et sa voix, les yeux qu’il gardait quelquefois fermés et la tête levée, Ebalé nous avait invités dans des hauteurs esthétiques et dans des profondeurs émotionnelles, nous rappelant que la musique en soi est langage.

En effet, il n’est pas besoin de discerner le sens d’une chanson pour se laisser emporter par elle vers de belles cimes émotionnelles.

Ce moment-là ne pouvait que nous inciter à le recevoir un jour, pour qu’il ait davantage de temps pour nous faire naviguer dans sa belle musicalité et nous ouvrir son répertoire.

Le jour est donc venu de découvrir un peu mieux Ebalé et sa musique qu’il nomme « Soul Na Bisso », la musique soul enracinée et réinventée par les sources congolaises qui fondent le chanteur, telles que la rumba congolaise notamment.

Ebalé est né au Congo Brazzaville dans une famille qui n’est pas spécialement mélomane et encore moins musicienne mais très tôt la musique le happe.

Il vient à elle d’abord par la danse et le Rap.

Avec ses amis, il participe à des concours de danse HIP HOP. On y chante certes, mais la danse est reine. A cette époque déjà, notre invité s’intéresse à la musique, aux voix. Les musiques qu’il aime en ce temps-là viennent essentiellement des mondes afro-américains Johnny Gill, Boyz II Men, New Edition, Guy, Teddy Riley, R Kelly, etc.

La musique le passionne, lui devient viscérale, il chante comme il respire. I sait que par elle il a trouvé son langage fondamental. Cette passion absolue ne gêne pas ses parents, aussi longtemps qu’il se souvient que les études sont la priorité. Il commence à chanter çà et là, fait des rencontres, se fait remarquer par ses qualités vocales. Il fait ses premières scènes à Brazzaville en 1991 avec Martial Goumeliloko (pianiste, chanteur, auteur compositeur).

Au milieu des années 90, il ressent le besoin de venir à la rumba congolaise, d’apprendre à la chanter, le ressentir de l’intérieur. Il la chante en ce temps-là « comme un blanc », selon ceux qui le taquinent à ce sujet et lui suggèrent de rester confiné dans les espaces dans lesquels sa voix et son chant sont « comme à la maison », la soul et la RnB.

Mais le jeune Mellon Gakana sait qu’il manque quelque chose à sa soul. Il leur manque des racines afro-africaines, des racines congolaises.  Il a conscience que, aller vers la rumba congolaise c’est aller vers lui-même. Il sent intuitivement qu’il a besoin de cette rencontre pour se compléter musicalement. La soul américaine ne saurait dire complètement la sensibilité propre qui est la sienne et qui a ses racines en terre africaine. Alors faisant fi des quolibets, il travaille, apprend, s’approprie peu à peu cette musique et son chant. Il sait que cette musique, ses rythmes, ses vibrations, sa vie font partie de lui, de ses fondations.

C’est le premier pas vers ce qui sera son expression musicale, ce qu’il appelle Soul Na Bisso, une fusion de la Soul Music et des rythmes africains, congolais.

Mais revenons au voyage du jeune homme qu’il est encore en terre de rumba

Il intègre un premier groupe de rumba qui s’appelle Top Musique. Pendant les vacances Ebalé commence à tourner avec ce groupe et parfait par la pratique son style vocal et son appréhension de l’univers rumba. Il continue le lycée bien sûr. Ses parents n’auraient pas permis qu’il le fasse.

Plus tard, il rejoint après casting un groupe de rumba congolaise très connu,  Extra Musica International. C’est une expérience artistique et humaine qui comptera artistiquement et qui formera son caractère en même temps que son talent vocal s’affinera. Il participera à deux albums de ce groupe en 1998 et 1999. Il quitte le groupe en 1999.

Après son départ d’Extra Musica International, il quitte le Congo et rejoint la France pour faire des études.

La musique ne le quitte pas. Il collabore avec un ancien membre du groupe et de cette collaboration naîtra au bout de deux ans « Flash », un album qui connaîtra un succès confidentiel.

Ebalé, bien que portant toujours la musique en lui, déplace ses priorités vers la construction de sa vie professionnelle et de sa vie d’homme.

Mais s’il s’est éloigné de la scène musicale, la musique ne le quitte pas. Chez lui il travaille son chant, écrit et compose des musiques, perfectionne son jeu à la guitare. Il sait qu’en toutes choses, le travail et la persévérance sont la clé vers l’excellence.

La musique revient le chercher en 2007 quand il est invité à participer à quelques événements musicaux. C’est le point d’un nouveau départ à partir duquel le chanteur, prenant pour pseudonyme Ebalé, peut offrir son répertoire au double ancrage Soul et Africaine.

Il fait par ailleurs des rencontres déterminantes avec deux aînés qui viennent des deux Congo. Ces rencontres vont le construire et lui donner une meilleure appréhension du business de la musique en France notamment. L’une de ces rencontres c’est So Kalmery qui lui fait découvrir le brakka, musique ancestrale qui porte en son nom à la fois le commencement et l’infini. Cette rencontre lui permet de s’affirmer en tant que musicien et le ramène vers ses fondations africaines. L’autre rencontre c’est avec Nzongo Soul qui a été connu en France pour avoir posé sa belle voix sur Noir et Blanc de Bernard Lavilliers.

Ebalé a une passion, celle de faire briller l’image de l’Afrique dans les arts et dans les nouvelles technologies. Il veut que les expressions artistiques portées par l’Afrique, les Afriques aient de meilleurs espaces pour être entendue et mise en lumière. Habitant la banlieue francilienne, il connait les zones d’enclavement que peuvent être les villes au-delà du périphérique parisien, et combien des talents magnifiques peuvent être confinés dans le silence et l’ombre.

Pour répondre à cette fermeture, Ebalé fonde une Association : Génération Soul Na Bisso avec laquelle il met en place l’évènement Art Connexion Vibes qui est carrefours de rencontre de talents artistiques divers. On y assiste à la présentation d’un artiste plasticien (vernissage), un créateur de mode (défilé de mode) et des musiciens (concert).

Derrière l’association Soul Na Bisso, il est une philosophie : celle de la connaissance de soi et de l’action. Soul Na Bisso, connaître son âme, son essence profonde pour aller vers l’autre de manière apaisée.  Soul Na Bisso, l’action : refuser la passivité, refuser d’attendre que les choses se fassent toutes seules ou que les autres les fassent pour nous, mais se mettre en mouvement pour convertir ses projets et rêves en réalité. Un pas à la fois, mais un pas ferme.

Soul Na Bisso c’est de nombreux projets artistiques, médiatiques, et une passion qui brûle celui qui la porte sans le consumer.

Merci de recevoir avec la chaleur qui caractérise nos rencontres, un chanteur de grand talent, et un humain passionnant.

Je compte sur vous et sur lui pour une rencontre de Cœur à Cœur, un moment de musique et d’humanité.

Merci.

P1040335

©Chantal EPEE

Auteur, Directrice du Cœur à Cœur Acoustique

Présidente Afrodiaspor’Arts-Expressions of Black Cultures.